• Home »
  • Actualité »
  • Mûr de Bretagne(22): À 95 ans, Louis Burlot joue toujours à la boule bretonne

Mûr de Bretagne(22): À 95 ans, Louis Burlot joue toujours à la boule bretonne

cinq-concours-de-boules-au-programme-de-la-muroise

Ce samedi, la Boule mûroise lance la saison des concours, à la gare. Louis Burlot, qui arpente les allées depuis quatre-vingts ans, sera au rendez-vous.

Les gens d’ici

Mercredi, 17 h 15, à la Halle aux loisirs. Une vingtaine de joueurs de la Boule des loisirs en terminent avec des parties acharnées.

« Trois parties, trois défaites ! » lâche Louis Burlot dans un large sourire. En fait, il se moque un peu du résultat. « Ça fait plaisir de gagner, bien sûr, mais l’important c’est de retrouver les copains et de passer un bon après-midi dans la convivialité. »

À 95 ans, passés depuis janvier, il est un des joueurs les plus assidus. Trois fois par semaine, il rejoint le club où il est très apprécié pour sa gentillesse, sa jovialité et surtout son esprit de tolérance : « Je ne supporte pas les accrochages ; quand ça arrive, j’élève la voix. On est là entre copains ; on doit se respecter les uns les autres. »

Un « poseur » reconnu

Voilà plus de quatre-vingts ans que le nonagénaire arpente les allées de boules Depuis l’âge de 12 ans en fait, quand il se rendait à vélo de Kersey, son village natal, jusqu’à Kériel où les deux cafés, Langle et Fraboulet, disposaient d’allées de boules. « On s’amusait avec les copains pendant que les anciens jouaient aux quilles. » C’était alors le temps de l’insouciance.

Bientôt, le jeune homme, qui travaille en dehors de la ferme familiale, « trop petite pour nourrir les cinq enfants », est confronté à la réalité de la guerre. Plus question de jouer aux boules. Ni plus tard quand, avec son épouse Léa, il prend la tête d’une exploitation agricole au Grand Boter, à Saint-Connec. « La priorité, c’était le travail ! »

Ce n’est qu’à partir de 1984, à l’heure de la retraite, qu’il renoue avec la famille des boulistes, entre deux parties de belote. « À cette époque, on jouait en individuel, il n’y avait pas de club. J’avais alors suggéré qu’on s’unisse et qu’on prenne un nom pour être reconnu. »

Aujourd’hui, Louis est un fidèle de la Boule des loisirs où ses talents de « poseur » font l’unanimité. Et il n’a pas du tout l’intention de s’arrêter. « Je viendrai tant que je pourrai. Je ne peux pas rester inactif et les boules, c’est une vraie distraction. »

Source : À 95 ans, Louis Burlot joue toujours à la boule bretonne