Quévert(22): Les concours de boules très attendus après le 11 juillet

MjAyMDA2MTE1ZWFhNmU1NGZjNjhiYjg1ODNlZGY3YWM1OTg2ODE (1)

Huit concours de boules ont été annulés durant le confinement au sein de l’Union bouliste de Quévert. « Le dernier a eu lieu le 12 mars, observe le président, Gilbert Mousseaux. Depuis plus rien ! »

Alors, samedi, dès que les terrains ont pu ouvrir, une partie des passionnés sont revenus. « On avait hâte de revoir les copains et les copines, avoue Yvon Bucaille, le vice-président. Mais on sent qu’on a un peu perdu la main. »

Enfin pas tout le monde. « Jean-Louis, lui, tire super bien », note son partenaire de Léhon. Catherine est l’une des quatre dames présentes. Elle avait hâte de retrouver le terrain. L’ancienne vice-championne de France de pétanque veut garder son bon niveau. « J’ai découvert la boule bretonne il n’y a pas très longtemps et c’est drôlement intéressant. On peut jouer avec le bord du terrain ! »

Des coups futés, elle sait en faire depuis les trois années que la Dinannaise adhère à Quévert.

Cette première séance d’entraînement a quand même un goût particulier : trente-deux joueurs au maximum, un terrain sur deux, une distanciation à 1,5 m pour quatre joueurs. « Mais pas de masque. Tout ça a été validé par la mairie. »

Mais le quota de joueurs attribué par les règles sanitaires n’était pas encore rempli en début d’après-midi. « Nous avons une population assez âgée, il peut y avoir un peu de crainte, souligne le président. Des communes n’ont pas encore ouvert. Notre situation est un compromis. »

Gilbert Mousseaux espère franchement qu’à partir du 11 juillet, les choses vont s’éclaircir. « C’est la date annoncée par la Fédération de la pétanque pour la reprise des concours. Si elle se confirme, on pourra proposer un nouveau calendrier pour la suite de l’année. »

Dans l’attente, les boulistes restent au protocole établi, tout en ayant la possibilité de se revoir les mardi, jeudi et samedi, comme auparavant. Seule la bergeronnette, qui a fait son nid sous le toit, n’a pas l’air d’apprécier. Elle a laissé l’empreinte de ses petites pattes sur le sable des terrains non utilisés. « En ce moment, elle râle parce qu’on est là. »

Source : Les concours de boules très attendus après le 11 juillet